Thierry Ardisson

Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Thierry Ardisson, 2019

Thierry Ardisson est un concepteur et animateur d’émissions de télévision né le 6 janvier 1949 à Bourganeuf.

Liens avec Marc-Édouard Nabe

Le 31 octobre 1989, Marc-Édouard Nabe enregistre au Palace sa première émission avec Thierry Ardisson, Lunettes noires pour nuits blanches[1], qui est diffusée le 4 décembre[2], à l’occasion de la publication de La Marseillaise. Le 31 décembre 1989, Nabe et Ardisson comptent parmi les neuf écrivains invités à l’hôtel Meurice par les Éditions du Rocher à écrire un chapitre sur les années 1980 dans le livre collectif, « 10 ans pour rien ? » Les années 80[3]. En mai 1997, Ardisson invite Nabe dans Rive-Droite, Rive-Gauche (Paris-Première) pour débattre de la figure de Che Guevara, puis en mars 1998, pour la sortie de Je suis mort[4], en janvier 1999 pour un débat avec Guillaume Dustan[5], en mai 2000 pour la sortie de Kamikaze, puis en octobre 2001 pour Une lueur d’espoir.

Pour ce qui est de son émission Tout le monde en parle, Ardisson organise le 18 mars 1999 un débat entre Nabe et Daniel Cohn-Bendit, qui est coupé au montage par la direction de France 2, mais intégralement retranscrit dans Coups d’épée dans l’eau[6]. Nabe est invité à nouveau dans l’émission en novembre 2001, pour Une lueur d’espoir (prestation qui lui vaudra le succès de son livre : 20 000 exemplaires), puis en septembre 2002 (pour Alain Zannini), en avril 2003 (à son retour d'Irak, en pleine guerre) pour annoncer qu’il va écrire un livre, et en septembre 2003 à l’occasion de la publication de ce même livre : Printemps de feu. Émission dans laquelle il s’affrontera violemment à Frédéric Beigbeder.

Dans le premier tome des Porcs, paru en mai 2017, Nabe révèle avoir participé à un Tout le monde en parle, enregistré le jour des attentats de Madrid (11 mars 2004), pour relancer son journal La Vérité, face à Françoise Rudetzki, avant d'être intégralement coupé au montage de l’émission diffusée deux jours plus tard[7].

En mai 2010, Nabe est l’invité de l’émission d’Ardisson diffusée sur Canal+, Salut les Terriens, pour la sortie de L’Homme qui arrêta d’écrire. L’écrivain y défendra également le port du voile chez les femmes musulmans, extrait qui circulera plusieurs dizaines de milliers de fois sur Internet. Le montage supervisé par Ardisson est trompeur, puisque dans la chronique de Stéphane Guillon sont insérés de plans de Nabe et de Laurent Baffie, qui étaient absents du plateau au moment de l’enregistrement de sa chronique[8] :

« Ce salaud de Thierry m’avait encore joué un sale tour. Et pas seulement à moi, à Baffie, son “ami”. Nous ne voulions pas assister à la séquence de Guillon sur le plateau (on l’avait assez répété), et nous nous retrouvions en train de sourire aux vannes plates de l’humoriste pas drôle dans des plans piqués dans d’autres moments de l’émission ! C’était du stalinisme, du trucage, on n’y était pas, ni Baffie ni moi ! On était en coulisses pendant que Guillon faisait sa chronique de merde, et pourtant, à l’image, on apparaissait... Il y avait même un plan repris deux fois pour remplir le vide. Qu’on me voie rire à Guillon me rendait malade ![9] »  

Ce sera la dernière invitation de Nabe par Thierry Ardisson dans une de ses émissions.

Citations

Ardisson sur Nabe

  • « Je l’adore ! » (Rive droite, rive gauche, Paris-Première, septembre 2001)
  • « C’est très bien écrit, parce que Nabe écrit très bien. » (Tout le monde en parle, France 2, 17 novembre 2001, à propos de Une lueur d’espoir)
  • « Politiquement, je le trouve pas terrible, mais littérairement, il a des qualités » (93 Faubourg Saint Honoré, Paris-Première, 2003)

Nabe sur Ardisson

  • « C’est un super-pervers, un enculé, un salaud, un tortueux, un roublard, un traître, tout ce qu’on veut, mais il a des convictions, et de la volonté. » (« Poutinien sur presque tout », Nabe’s News, 12 octobre 2018[10])

Intégration littéraire

Notes et références

  1. Marc-Édouard Nabe, Kamikaze, Éditions du Rocher, 2000, pp. 3461-3462.
  2. Marc-Édouard Nabe, « Au bazooka », Coups d’épée dans l’eau, Éditions du Rocher, 1999, pp. 136-139.
  3. Collectif, « 10 ans pour rien ? » Les années 80, Éditions du Rocher, 1990, 161 p.
  4. Rive-Droite, Rive-Gauche, Paris-Première, mars 1998, retranscrit dans Marc-Édouard Nabe, « Le cheveu sur la soupe », Coups d’épée dans l’eau, Éditions du Rocher, 1999, pp. 436-442.
  5. Rive-Droite, Rive-Gauche, Paris-Première, 25 janvier 1999, retranscrit dans Marc-Édouard Nabe, « L’hétérofasciste », Coups d’épée dans l’eau, Éditions du Rocher, 1999, pp. 532-538.
  6. Tout le monde en parle, France 2, 18 mars 1999, retranscrit dans Marc-Édouard Nabe, « Cohn-Bendit modère Nabe », Coups d’épée dans l’eau, Éditions du Rocher, 1999, pp. 568-573.
  7. Marc-Édouard Nabe, Chapitre LI « Nous sommes tous des épagneuls », Les Porcs tome 1, anti-édité, 2017, pp. 163-173.
  8. Marc-Édouard Nabe, Chapitre CCCCII « “Ces femmes sont plus dignes que les vôtres !” », Les Porcs tome 1, anti-édité, 2017, pp. 941-945.
  9. Marc-Édouard Nabe, Chapitre CCCCII « “Ces femmes sont plus dignes que les vôtres !” », Les Porcs tome 1, anti-édité, 2017, pp. 943-944.
  10. « Frédéric Taddeï, Poutinien sur presque tout. Une interview de Marc-Édouard Nabe par Docteur Marty », Nabe’s News n°17, 12 octobre 2018, lire : http://www.nabesnews.com/frederic-taddei-poutinien-sur-presque-tout/