Le flou Baumann

Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Invitation au vernissage

Le flou Baumann est un texte de Marc-Édouard Nabe, imprimé sur le carton d’invitation au vernissage de l’exposition du photographe Arnaud Baumann, organisé à l’UGC Ciné Cité Bercy le 21 octobre 2003.

Il y avait le flou artistique, il y aura désormais le flou Baumann. Et il n'est encore pas moins artistique ! Vous n'avez jamais vu ça : un flou qui retrouve la substance des nuages du paradis. Être photographié par Arnaud Baumann, c'est se retrouver naufragé dans une mer céleste. Impossible de couler, car quelque chose de clair et net vous rattrape au dernier moment. Ce qu'un autre montre, Arnaud le voile et inversement. On ne sait jamais où Baumann va faire le point. Dans la même image, il est capable de préciser le lobe d'une oreille, la tige d'une fleur, ou le col d'une chemise, juste ça. Et tout le reste plonge en pleine vapeur. Au milieu de ses hammams visuels, surgissent des anges en nage... telle une sirène à la proue d'un navire, la Béart se pâme de sentir sa poitrine palpiter sous son pull de fumée noire. Quant à la Bellucci, elle est prise par la poupe dans une brume superbe, comme un voilier dans la glace arctique... Qu'est-ce que l'artiste va choisir de pointer de son couteau dans ce brouillard d'amour ? Au festival de cannes, c'est Baumann qui décide, en grand magicien de l'œil, tapant sa baguette, et pas du tout au hasard, sur des bouts de vedettes, des extraits de stars...